Évènements & actualités

CentrEau hebd'EAU | Préserver l’eau et valoriser les nutriments par la séparation à la source des excrétions humaines

80e webinaire de la série CentrEau Hebd'Eau intitulé "Préserver l’eau et valoriser les nutriments par la séparation à la source des excrétions humaines" par Fabien ESCULIER

Confériencier

Fabien Esculier est coordonnateur du programme de recherche et action OCAPI (www.leesu.fr/ocapi). Il est chercheur de l'Ecole des Ponts ParisTech au laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains (LEESU).

Haut-fonctionnaire du Ministère en charge de l’Écologie, il a travaillé 6 ans pour différentes organisations dépendant de ce Ministère sur l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques publiques de l'eau dans le bassin de la Seine (Service Navigation, Direction Régionale de l'Environnement, Agence de l'Eau). En 2014, il a monté le programme de recherche et action OCAPI qui vise à étudier et accompagner la transition socio-écologique des systèmes alimentation/excrétion urbains et en particulier investiguer le potentiel de changement de paradigme dans la gestion des urines et matières fécales humaines par la séparation à la source et la valorisation agricole. Il a soutenu sa thèse en mars 2018 sur ce sujet (www.leesu.fr/ocapi/bibliotheque/les-productions-docapi). Il continue à diriger ce programme qui s’est largement étoffé d’une équipe pluridisciplinaire de recherche-action (biogéochimie, agronomie, anthropologie, sociologie de l'innovation, géopolitique, écologie territoriale…) et qui est devenu centre de ressources national sur la séparation à la source.

Résumé

Le tout-à-l’égout a principalement été développé suivant une logique de confort de l’usager et d’abondance de ressources (infrastructures, énergie, eau, engrais de synthèse, etc.). A l’heure où les sociétés occidentales se sont engagées à bifurquer vers des modes de vie respectueux des limites planétaires, gérer les excrétions humaines par le tout-à-l’égout apparaît notoirement inefficace sur la plupart des aspects : pollution de l’eau par les nutriments, consommation d’énergie importante, faible recyclage des nutriments, contamination microbiologique des milieux aquatiques, coût financier important et croissant, etc.

Les techniques alternatives de gestion des urines et matières fécales humaines, qui étaient la norme jusqu’au XXe siècle, connaissent un regain d’intérêt depuis les années 1990 en Europe. Aujourd’hui de nombreuses filières se mettent en place, avec un confort qui peut être similaire voire supérieur pour l’usager. Elles sont pour beaucoup centrées sur une logique de préservation des milieux aquatiques et de retour au sol agricole des nutriments, afin de (re-)boucler le cycle alimentation/excrétion.

Ce webinaire est en collaboration avec l'École des Ponts ParisTech, le Laboratoire LEESU, et le Programme OCAP ! 

La présentation se fera en français